Le brouillard se lève

27 01 2011

Après mon auto massage du sein gauche au milieu des clients, je reviens donc à Saint Louis dans le service de la Médecine Nucléaire (hum… super le nom, et puis pas anxiogène du tout!). La radio se passe bien : pas d’aiguille, pas de scalpel, pas de perfusion, bref peu ou pas d’agression, juste morale mais là encore je suis forte, du moins j’en ai l’air, même pas mal.Les gens font leur travail et clôturent la séance en me dessinant une jolie croix au gros feutre noir à l’endroit exact du ganglion sentinelle. J’ai maintenant l’air d’un cochon tatoué. Je monte dans le service qui doit m’accueillir. 5ème étage - Lavande. Chouette nom pour un séjour à l’hôpital, où l’impression de flâner dans les champs de Provence prendront peut-être le dessus sur le reste… Arrivée au poste d’accueil de l’étage et, de suite, Bienvenue dans le service public : Personne. Dans les couloirs, en revanche, plein de petites abeilles butineuses qui courent, transportent, interpellent, discutent, poussent des brancards, des chaises roulantes, tout autour de nous. Oui Nous. Mon Homme est toujours avec moi. Là. Présent. Aimant. Affectueux. Attentionné. Rassurant. Oui, c’est çà, très rassurant. Solide comme un roc (en tous cas il en l’air). Dans ce tourbillon d’allers venues, la première question est de savoir à qui on s’adresse : “Heu … pardon, Madam… S’il vous p… Heu, excusez-moi… Madame ? Monsieur ?…”. Finalement un jeune homme s’arrête net dans sa course folle devant moi : “Oui ? Bonj…” Même pas le temps de finir sa phrase. Donc, là, tu rassembles tous tes neurones, tu te concentres très fort et tu penses très vite à faire une phrase la plus courte, la plus claire et la plus efficace possible pour éviter qu’il ne reparte avant la fin. Çà y est, j’ai trouvé!!! “Bonj… Sophie Clot.” Et là, le miracle se produit : “Oui, Madame Clot, vous êtes sur le planning”. YESSSSSSSSSSSSSSS!! Trop cool. Je ferais presque des bonds de joie. La suite est moins drôle (re bienvenue dans le service public), “Bon, on ne pourra pas vous mettre dans une chambre seule…”, oui oui,  parce que faut qu’j'vous dise, habituée à un certain confort, je travaille chez L’Oréal, enfin tout de même quoi merde… j’avais imaginé quelques secondes pouvoir me lover dans un chouette lit au milieu d’une grande chambre claire avec vue sur le jardin. C’est tout moi çà… et le jeune homme de continuer “et on ne peut pas vous mettre dans une chambre pour l’instant car nous n’avons pas de lit disponibles…” Glups! “…mais vous pouvez vous asseoir dans un fauteuil (Ouais, trop cool), jusqu’à ce qu’un lit se libère. On viendra vous chercher.” Le jeune homme disparaît aussi vite qu’il est apparu. Je renvois donc mon Homme au turbin - faudrait pas non plus qu’il croît que lui aussi est en vacances - et en plus je me débrouille très bien toute seule (du moins j’en ai l’air). Je ne sais pas où m’asseoir. Je ne sais pas combien de temps je vais rester sur ma chaise. Je ne sais pas à quoi ressemble la chambre. Je ne sais pas combien de temps je vais rester dans ce service. Je ne sais pas. Je ne sais pas. Le brouillard se lève.

brouillard.jpg


Actions

Informations





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 20 articles | blog Gratuit | Abus?