Joyeux Noël!

11 02 2011

Le calme revient peu à peu dans ma chambre d’hôpital après le départ de mon Homme et de mes 2 amours. Je suis complètement shootée mais apaisée, je crois, après qu’on m’ai ôté la p’tite boule… La vie continue dans les couloirs du service et l’agitation avec. Je dors très mal, par intermittence. L’infirmière passe me voir toutes les 2 heures pour la tension, la température et le rechargement des perfusions. Morphine entre autres qui apaisent quasi instantanément les douleurs des 2 cicatrices. Elle m’explique qu’elle vérifiera mes lampions demain matin… Des lampions ? Heu… c’est à dire? “Eh bien ce sont des drains (nouvelle génération probablement) qui servent à évacuer la lymphe et le sang (berk) et vérifier du même coup qu’il n’y a pas d’engorgement ni d’infection possible..” Bon alors je m’endors sur le dos sans bouger pour ne pas écraser les lampions que je n’ai toujours pas visualiser. D’ailleurs, je n’y tiens pas vraiment. Je préfère imaginer que je pourrais peut-être m’accrocher en haut du sapin de Noël qui m’attend à la maison, pour faire une illumination supplémentaire.Le lendemain matin, je déguste un petit déjeuner. Non, plutôt je l’engloutie. Le thé, le yaourt nature et la tartine de pain sont toujours aussi fades à l’hosto! Je suis toujours un peu en vrac mais j’ai hâte de savoir si je peux sortir aujourd’hui. Pour retrouver ma maison et mes enfants d’abord, et puis le 24 décembre approchant à grands pas, j’ai peur de rester bloquer à l’hôpital pendant ce jour férié et le week-end qui suit derrière. “Ne vous inquiétez pas, Madame, me dit l’infirmière ou l’aide soignante (on ne sait plus vraiment qui est qui à l’hôpital, c’est peut-être aussi çà qui produit la déshumanisation des gens hospitalisés), même si vous devez rester plusieurs jours avec nous, on peut vous donner une permission.” Çà y est me voilà en prison maintenant! Super rassurée donc, j’attends patiemment la visite de l’interne (je vous rappelle que mon chirurgien est partie en vacances hier dans sa maison à Gordes). Je réponds à quelques sms, toujours très nombreux… tous ces gens qui pensent à moi, je ne les oublierai jamais. Et puis, je reprends le tome 2 de Millénium, entre deux sommes. J’ai quand même du mal à garder les yeux ouverts plus de 10 minutes! L’infirmière, ou l’aide soignante, je ne sais toujours pas, arrive pour vérifier les lampions. “C’est bon, on va les enlever et normalement vous pourrez sortir après”. Waouh!! Top cool. Je préviens mon Homme dans la foulée, qui bien sur m’a déjà envoyé quelques sms pour savoir si j’étais réveillée, si je vais bien, pour me dire qu’il m’aime (comme si j’en doutais encore!). Je découvre les petits lampions qui effectivement ressemblent à ceux de la fête foraine mais plutôt celle d’Halloween, remplis de sang et de lymphe, forcément çà fait moins festif!!Un jeune interne passe me voir. Plutôt froid, le garçon et pressé, comme tous ces gens que j’ai croisé ici. Il me rassure néanmoins sur le fait qu’on ne m’a pas retiré toute la chaîne ganglionnaire mais juste le chef des ganglions (le sentinelle). Deuxième “Waouh, top cool” de la journée. Çà veut dire que les vilaines cellules n’ont pas eu le temps de migrer dans les ganglions… Hé, hé, je vous ai bien eu! Moi, je suis une fille plutôt réactive et j’ai pour habitude de traiter les dossiers rapidement. “Ce qui est fait, n’est plus à faire”, tel est ma devise…Je peux donc sortir de l’hôpital. J’appelle mon Homme illico presto. Je me prépare plutôt lentement mais surement. Pour lui éviter de perdre du temps, je l’attendrai en bas, dans le hall de l’hôpital pour faire les papiers de sortie. Ma voisine de chambre est encore là. J’ai une fois encore (sans prétention) été plus vite que la lumière… Nous pouvons rentrer chez nous. Nous sommes le 22 décembre. Plus que 2 jours pour préparer Noël!Le réveillon se passe dans la douceur et l’intimité puisque nous ne sommes que tous les 4 avec mon Homme et les 2 ados. La p’tite pounette étant toujours chez Mamie, à 700 kms de moi. J’aurai tellement aimé l’avoir près de moi… Je fais une table superbe, blanche et dorée. Je me traîne chez Monop’ pour acheter de très belles assiettes blanches étoilées, de jolies serviettes, des jolies bougies dorées. Le repas est orchestré par mon Homme. Encore une qualité de cet Homme rarissime (pas la peine de chercher, des comme çà, il n’ y en a plus sur le marché!).Le dîner et la soirée s’écoule tranquillement. J’ai le coeur triste, même si je ne montre rien, juste un peu de fatigue. En vrai, je suis effondrée. Je me couche et j’essaie de m’endormir avec les 2 cicatrices à gauche qui me font un peu souffrir. Le médoc super fort de super docteur fait effet. Il me soulage de la douleur et me plonge en même temps dans un sommeil lourd et profond. Demain est un autre jour…noel.jpg


Actions

Informations





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 20 articles | blog Gratuit | Abus?